L’ostéoporose cortisonique est la plus fréquente des ostéoporoses secondaires et la première cause d’ostéoporose chez l’adulte jeune. Des recommandations nationales et internationales sont disponibles pour améliorer la prise en charge de l’ostéoporose cortico-induite qui reste encore insuffisante. La durée de traitement anti-ostéoporotique doit être discutée à l’échelle individuelle, en fonction des caractéristiques du sujet et de l’évolution de l’inflammation. Le point avec le Dr Karine Briot.Réservé aux abonnés