Le cancer de la prostate est l’une des tumeurs solides les plus fréquentes chez l’homme. De nombreux facteurs ont été associés positivement au risque de le développer (âge, génétique, environnement, perturbateurs endocriniens), mais aussi une alimentation riche en graisses et en cholestérol. Ainsi, la piste des acteurs permettant de diminuer les taux intracellulaires de cholestérol peut potentiellement être de nouvelles cibles de choix pour la pharmacologie.Réservé aux abonnés