Alors que les inhibiteurs des DPP-4 s’ancrent dans les pratiques et servent de comparateurs au même titre que des antidiabétiques oraux de référence comme la metformine, les expériences avec les formes retardées des analogues du GLP-1 – d’exénatide précisément – se poursuivent avec de bons résultats glycémiques et pondéraux. Les formulations hebdomadaires sont validées avec le 6e volet de DURATION et la piste trimestrielle semble prometteuse. En parallèle, les essais sur les inhibiteurs du co-transporteur sodium/glucose de type 2 (SGLT2) s’amplifient, avançant des effets positifs à la fois sur les critères glycémie et poids. Prédiction des complications cardiovasculaires chez les diabétiques de type 2 ou identification de marqueurs de plus ou moins bonne réponse à des régimes hypocaloriques… Voici un aperçu de l’édition 2011 de l’European Association for the Study of Diabete….Réservé aux abonnés