La toxoplasmose infecte un tiers de la population mondiale et aucun vaccin n’est disponible pour le moment. Vient-on de créer le premier ? Des chercheurs de l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) viennent de mettre au point un vaccin contre la toxoplasmose qui semble fonctionner. Ce concept se base sur des nanoparticules issues des pommes-de-terres.

Les équipes de recherche ont basé leurs travaux sur la farine de parmentières. Ils y ont extrait l’amidon et ont synthétisé des molécules d’un diamètre inférieur à 100 nanomètres. Ces « billes » d’amidon étant poreuses, elles ont pu accueillir l’ensemble des antigènes totaux de Toxoplasma gondii, le parasite responsable de la maladie. Ce nouveau vaccin à base de nanoparticules a été administré à des souris par voie nasale. Objectif : éduquer le système immunitaire des rongeurs à éliminer T. gondii.

Pour vérifier l’efficacité de leur traitement, les chercheurs ont injecté aux souris vaccinées, des doses létales et sous-létales du parasite. Résultat : « Dans le premier cas, grâce au vaccin, les souris ont présenté un taux de survie de 100%. Dans le deuxième cas, le taux d’infection a été diminué de 80% » explique Isabelle Dimier-Poisson, chercheuse à l’Unité Infectiologie et Santé Publique de l’INRA. Prochaine étape : les tests cliniques sur l’Homme.

Pour en savoir plus : http://www.inra.fr