Les cancers des voies supérieures (gorge, bouche…) pourraient aujourd’hui être détectés en un souffle à l’aide d’un petit appareil portable, doté de micro capteurs. Ce dernier est le fruit d’une collaboration internationale dans laquelle l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) et le SAMLAB de Neuchâtel ont joué un grand rôle. L’haleine libère des centaines de composés organiques volatiles (COVs), dont la nature est différente en présence de cellules cancéreuses, ces dernières ayant un métabolisme spécifique. Le gaz est alors absorbé par les capteurs, qui se déforment sous la contrainte mécanique et transmettent un signal électrique unique : la nature et la concentration du gaz sont alors déterminées. Ces informations permettent ensuite de savoir si le patient est atteint ou non d’un cancer. Les premiers essais cliniques ont été réalisés au Centre Hospitalier Universitaire Vaudois (CHUV) : les résultats sont très concluants. La nouveauté ne se limite pas à cela, des chercheurs japonais du centre de recherche NIMS/MANA ont réalisé le premier dispositif connecté grâce auquel les résultats pourraient directement se lire sur un téléphone portable ! Ce dispositif reste cependant à l’essai, l’haleine est un gaz très difficile à analyser, les conditions du test devront donc être très rigoureuses.

 

Pessima L.A. Détecter le cancer de la gorge dans un simple souffle. EPFL 2015