La 73e édition des sessions scientifiques de l’American Diabetes Association (ADA) fêtait les 30 ans du DCCT-EDIC, étude fondamentale dans le type 1 qui confirmait la notion de mémoire métabolique. Elle s’est aussi focalisée sur les nouvelles insulines concentrées et l’intérêt des associations insuline-analogues du GLP-1. Ces derniers étant, pour l’instant, dédouanés d’un quelconque effet potentiel sur la pathologie pancréatique par l’Agence européenne du médicament (EMEA), qui réfutait fin juillet toute augmentation du risque de pancréatites et de cancers (métaplasie des cellules ductales) sous incrétines, du fait de l’absence de preuve solide….Réservé aux abonnés