L’Agence Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) a publié le 21 janvier dernier un rapport déclarant le bisphénol A sans risque pour la santé des humains. Une nouvelle plutôt surprenante, puisque « Cet avis va à l’encontre d’avis d’autres structures qui, depuis des années, pointent les risques liés à l’exposition au bisphénol A » a déclaré la Ministre de l’Écologie, Ségolène Royal.

En effet, une précédente étude déjà menée sur le sujet, en 2006, avait pointé certains soupçons sur une potentielle toxicité du bisphénol A (BPA) dans l’alimentation. Il a donc été procédé à une réévaluation des éventuels dangers de cette molécule utilisée pour la synthèse de certains matériaux plastiques, comme ceux servant à fabriquer les biberons. Il y a un an, l’EFSA avait abaissé la dose journalière raisonnable de 50 à 4 µg par kilogramme de poids corporel, par jour. Pourtant, selon Jean-Nicolas Ormsby, directeur adjoint des évaluations des risques à l’ Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES), « la probabilité de développer un cancer du sein à l’âge adulte se situe à 0,0025 µg/kg/jour ». Le bisphénol A est, en effet, considéré depuis longtemps comme présentant des risques de neurotoxicité, de perturbations endocriniennes… C’est pourquoi depuis le 1er janvier, le BPA est interdit dans les contenants alimentaires, en France.

Néanmoins, après réalisations d’enquêtes sur l’état de santé des personnes exposées quotidiennement au bisphénol A, la conclusion de l’agence européenne est sans appel : « le BPA ne présente pas de risque pour la santé des consommateurs de tous les groupes d’âge y compris les enfants à naître, les nourrissons et les adolescents ». Toutefois, l’agence reconnaît qu’à haute dose (exposition au bisphénol A 100 fois supérieure à la dose recommandée), il y aurait des effets possibles sur le foie, le rein et la glande mammaire.

Sur ce rapport, contesté par les autorités françaises, pèsent certains soupçons. Ségolène Royal a annoncé qu’une demande d’expertise serait faite pour savoir si « le poids des lobbies n’est pas intervenu ».

Pour en savoir plus : http://www.efsa.europa.eu/fr/press/news/150121.htm