Le syndrome d’apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) se caractérise par une réduction ou une interruption de la ventilation pendant le sommeil. Ce trouble se manifeste principalement par deux symptômes : la somnolence diurne et les ronflements nocturnes.

Avec 4% de la population adulte française atteinte d’apnées du sommeil et un recours croissant aux dispositifs médicaux de pression positive continue, le SAHOS constitue un enjeu sanitaire et économique majeur. À l’heure actuelle, la pression positive continue (PPC) est le dispositif de référence pour le traitement des apnées obstructives du sommeil, vient ensuite les orthèses d’avancée mandibulaire (OAM) en traitement alternatif.

La Haute autorité de santé (HAS) a évalué la place dans la stratégie thérapeutique de ces dispositifs médicaux. Le choix du traitement du patient se définit en fonction des symptômes et de la sévérité du syndrome, mesuré par l’indice d’apnées-hypopnées (IAH). Elle recommande de traiter les patients dont le SAHOS est modéré ou sévère (IAH > 15) et qui présente au moins trois des symptômes suivants : somnolence diurne, ronflements sévères et quotidiens, sensation d’étouffement ou de suffocation pendant le sommeil, fatigue diurne, nycturie, céphalées matinales. Le choix du dispositif médical (PPC ou OAM) dépend de la sévérité des symptômes.