Pour la 11e édition de ses Rencontres annuelles, le Groupe de réflexion sur l’Obésité et le Surpoids (GROS) a choisi le thème des peurs alimentaires. La peur est le lot de l’omnivore, comme le rappelle Jean-Philippe Zermati : l’omnivore, dont le répertoire alimentaire est illimité, est ainsi exposé au risque d’empoisonnement et doit faire l’apprentissage des nourritures qui sont bonnes pour lui. Il est donc naturel que l’être humain fasse preuve de méfiance vis-à-vis de ce qu’il est susceptible d’avaler. Mais les crimes et les vertus innombrables, complexes, changeants et contradictoires dont les temps modernes parent les aliments engendrent des cognitions irrationnelles et
des croyances “magiques” qui dépassent largement le cadre d’une saine méfiance.Réservé aux abonnés