ruine-neo-sel© Dr Michel Royon / Wikimedia Commons

 

Le Néolithique est une période de la Préhistoire qui débute vers 6000 avant Jésus-Christ et se termine vers -2100. À partir de cette époque, l’homme chasse beaucoup moins le gibier et commence à adopter un mode de vie plus sédentaire. D’après les fouilles archéologiques, c’est aussi là que débute l’histoire de l’exploitation de sel. Pour en savoir plus… Rencontre avec Olivier Weller.

Capture d’écran 2015-05-20 à 10.21.22Capture d’écran 2015-07-02 à 16.51.53
Cliquer pour lire l’encadré

« Les ressources naturelles en sel ont attiré les populations dès le Néolithique »

 

Depuis combien de temps l’homme sait-il produire du sel ?
La production du sel n’est pas de tout temps. Les premières formes d’exploitation du sel apparaissent dès le début du Néolithique : autour de 6000 avant Jésus-Christ. Cela coïncide avec la sédentarisation de l’homme : le début de l’agriculture, de l’élevage et les premiers villages, donc à la fin du Paléolithique et au début d’une économie centrée sur la production : agricole, céramique…

Comment l’avez-vous découvert ?
Nous sommes des archéologues, notre travail est de trouver des témoins, comme des enquêteurs sur une scène de crime où il n’y aurait plus de cadavre. Dans le cadre de la thématique du sel, c’est un peu plus compliqué parce que l’objet même de la recherche, le sel, a disparu : il a fondu. L’enjeu est de faire une enquête policière sans cadavre, sans meurtre. Pour cela, on trouve des témoins matériels : fours, saloirs… En terme de géographie, on s’aperçoit que l’homme ne s’est pas installé n’importe où : les ressources naturelles en sel, comme les sources minérales ou les affleurements de sel gemme, ont attiré les populations dès le Néolithique.

Quelle est la plus ancienne mine de sel à votre connaissance ?
La mine non-souterraine la plus ancienne est celle en Catalogne, située à 80 km au nord de Barcelone, qui nous offre une véritable montagne de sels : 120 mètres de haut composée de plusieurs types de sels, différenciés selon leur composition chimique. Cet affleurement a été exploité dès le Néolithique moyen : autour de 4000 avant Jésus-Christ. C’est la plus ancienne mine à ciel ouvert. Quant aux mines souterraines, c’est à Hallstatt en Autriche, où l’on a les plus anciennes exploitations sous forme de galeries qui datent de l’Âge du Bronze Final.

À quoi ressemblait ce sel ? Et à quoi servait il ?
Les premières formes que nous connaissons actuellement, est le sel ignigène : produit par utilisation du feu. On faisait chauffer les saumures naturelles jusqu’à obtenir du sel cristallisé. Parfois, on va le pousser jusqu’à obtenir du sel en grain, mais aussi sous forme de pains. Ces pains de sel vont pouvoir circuler sur une grande distance et être thésaurisés, stockés. Il va, ainsi, acquérir une forte valeur sociale à la fois dans les échanges et dans le stockage. En effet, le sel a l’avantage de pouvoir être stockable sur une très longue durée, mais surtout, il est divisible : on peut diviser un pain de sel sans perdre sa valeur d’usage.

Quels sont vos projets de recherche actuels ?
Actuellement, on développe surtout des terrains en Roumanie, où l’on a pu mettre en évidence les plus anciennes exploitations de sel au monde, qui datent du Néolithique Ancien (-6000). On travaille essentiellement autour de ces sources salées, au pied des Carpates. Ces exploitations sont marquées par des amas, de cendres et de poteries qui ont pu être utilisées pour évaporer la saumure. En plus, ces sources salées sont toujours utilisées par les paysans roumains pour la conservation alimentaire, l’alimentation des animaux, donner un, conservation de viande, de légumes, de feuilles, de champignons… On réalise également des enquêtes ethnographiques dans ces zones sous-carpatiques de Roumanie, pour nous donner des hypothèses sur l’exploitation plus ancienne.

 

À suivre

Les premières exploitations du sel semblent, donc, dater de cette époque. Nous verrons, dans notre prochain article, comment ces techniques d’exploitation se sont développées à l’âge de Bronze et du Fer.