man in supermarket

Une nouvelle règlementation de l’étiquetage nutritionnel est entrée en vigueur. Le monde de l’agro-alimentaire doit, depuis le 13 décembre 2014, appliquer le règlement INCO 1169/2011 qui vise un étiquetage harmonisé des denrées alimentaires au sein de la communauté européenne.

Le règlement sur l’INformation des COnsommateurs sur les denrées alimentaires (norme INCO) 1169/2011 vise à simplifier, clarifier et homogénéiser les informations nutritionnelles pour toutes les denrées préemballées. Cela concerne la déclaration des données nutritionnelles, l’étiquetage des allergènes et des allégations nutritionnelles, la mention du pays d’origine ou du lieu de provenance de certains produits. Les informations nutritionnelles devant obligatoirement figurer sur l’étiquetage ont été simplifiées, tant au niveau des descriptifs que des repères volumiques : la valeur énergétique et les quantités de graisse, d’acides gras saturés, de glucides, de sucres, de protéines et de sel (et non plus sodium), pour 100 ml (ou 100 g), ou encore par portion si celle-ci est clairement identifiée. D’autres informations nutritionnelles peuvent être indiquées (teneurs en vitamines, minéraux, fibres, etc.) de façon volontaire, mais toujours en respectant les règles de présentation. Le règlement impose l’étiquetage nutritionnel dans le même champ de vision, généralement «au dos de l’emballage». La norme INCO prévoit :

Douze mentions obligatoires :

Dénomination ; Déclaration nutritionnelle ; Liste des ingrédients (dans l’ordre décroissant de leur importance pondérale au moment de leur mise en œuvre dans la fabrication de la denrée) ; Quantité de certains ingrédients / catégories d’ingrédients, par exemple : praliné 10 % (noisettes 5,0 %, sucre) ; Titre alcoolémique pour boissons contenant plus de 1,2% d’alcool ; Ingrédients ou auxiliaires technologiques allergènes (mis en évidence par une typologie différente du reste de la liste des ingrédients. En l’absence de liste des ingrédients, la mention des allergènes doit comporter le terme « contient » suivi du nom de la substance ou du produit) ; Conditions particulières de conservation / utilisation ; Mode d’emploi si nécessaire ; Date de durabilité minimale (DDM) / date limite de consommation (DLC) ; Nom / raison sociale et adresse de l’exploitant de secteur.

Huit mentions facultatives :

“Conditionné sous atmosphère protectrice” ; “Avec édulcorant(s)” ; “Avec sucre(s) et édulcorant(s)” ; “Contient une source de phénylalanine” ; “Une consommation excessive peut avoir des effets laxatifs” ; “Teneur élevée en caféine” ; “Contient de la réglisse” ; “Contient des stérols végétaux ajoutés”.

Une période transitoire permettra aux industriels de se conformer à ces nouvelles règles : la déclaration nutritionnelle sera obligatoire à partir du 13 décembre 2016. Néanmoins, leur présentation devra être conforme dès le 13 décembre 2014 si ils utilisent déjà l’étiquetage nutritionnel.

Pour en savoir plus : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail – www.anses.fr/fr/content/etiquetage-nutritionnel