On assiste en 2012 à la fin de la hiérarchisation des thérapeutiques antihyperglycémiques dans le diabète de type 2. En dehors de la metformine en première intention après échec des mesures hygiéno-diététiques, la prise de position récente de l’ADA-EASD en avril dernier, adoptée point par point par la Société francophone du diabète le 6 juin, se garde bien d’ériger des priorités de prescription et insiste sur un mot-clé : la personnalisation des objectifs glycémiques comme des thérapeutiques pour y parvenir. Un message fort aux autorités de santé françaises, les recommandations de bonne pratique clinique de la HAS étant en cours de relecture. Explication de texte.Réservé aux abonnés