La charcuterie, cet ensemble de préparations alimentaires autant appréciés par les Français que pointés du doigt par les médecins, en raison de leurs teneurs en sel et gras jugées trop élevées, pourrait bientôt changer. En effet, dans un accord signé ce lundi 4 mai au Ministère de l’Agriculture, les industriels et artisans charcutiers se sont engagés à réduire de 5% la teneur en sel et en gras de leurs produits, d’ici 2016.

Cet accord collectif a été signé entre Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt ; Robert Volut, président de la Fédération nationale des Industriels Charcutiers, Traiteurs et Transformateurs de viande (FICT) ; Joël Mauvigne, président de la Confédération Nationale des Charcutiers Traiteurs (CNTC). L’objectif de cet accord est non seulement, de diminuer le taux de sel et de gras de 5% dans leurs produits, mais aussi d’établir des seuils à ne pas dépasser en sodium et en lipides. Ces seuils seront ensuite inscrits dans le Code des usages de la charcuterie qui est le référentiel dans la commercialisation de ces produits.

Jambons cuits, saucissons, rosettes, épaules cuites, saucisses fumées, andouillettes, boudins noirs, pâtés… Autant de produits visés par les seuils, d’autant que la charcuterie est le deuxième contributeur des apports sodés après le pain dans l’alimentation des Français. Par ailleurs, le secteur s’est aussi engagé à réduire leurs emballages et à améliorer les conditions de travail.

Source : http://agriculture.gouv.fr/PNA-accord-collectif-secteur-charcuterie