Les hypertensiologues savent bien, et de longue date, que nutrition et hypertension artérielle sont indissociables, et que diabète, syndrome métabolique, insulinorésistance, obésité, apports sodés ou activité physique impactent largement l’incidence de l’hypertension. C’est pourquoi la Société Européenne d’Hypertension a, cette année encore, fait une large place à la nutrition et au métabolisme dans son programme. Réservé aux abonnés