640px-CasseDéserte501©Michel Wal/Wikimedia Commons

Les routes commerciales du sel commencèrent à être empruntées dès l’apparition des marais salants. En France, le sel était (et est toujours) produit sur deux façades maritimes : L’Atlantique et le pourtour de la Méditerranée. De ces marais, partaient les routes du sel : il s’agissait de routes commerciales destinées à distribuer le sel dans tout le pays. En effet, cet ingrédient étant indispensable à la santé, chaque région, chaque ville, chaque hameau, chaque individu en a besoin.

Routes du sel
Cliquer sur la carte pour l’agrandir

Les routes sur le pourtour méditerranéen :

  • Route de la Camargue au Rouergue : Le Rouergue est une ancienne province située dans le Midi, correspondant au département de l’Aveyron aujourd’hui. Le bois que l’on y produisait au Moyen-Âge était transporté, à dos de mules, jusque sur les ports méditerranéens. Les commerçants en profitaient pour acheter le sel destiné à conserver les aliments.

route camargue
Cliquer sur la carte pour l’agrandir

  • Route sur le Rhône : Les fleuves, comme le Rhône étaient très prisés pour transporter le sel, permettant de desservir la vallée du Rhône.
  • Le sel du Jura : Le sel gemme exploité dans les sauneries du Jura était transporté jusqu’en Suisse, à Genève, dans les chariots tirés par des mules.

La majorité de ces routes sont devenues, aujourd’hui, des voies de randonnée pour les touristes.

  • Route Royale : Allant de Nice à Turin, elle fût la première route à passer à travers les Alpes.

carte route royale
Cliquer sur la carte pour l’agrandir

Les routes sur la façade atlantique :

La Loire était remontée à contre-courant pour transporter le sel des marais salants de l’Atlantique. Arrivés à Châteauneuf-sur-Loire, le sel marin était transporté par voie de terre vers Auxerre et la Basse-Bourgogne.

Route facade atlantique
Cliquer sur la carte pour l’agrandir

Et ailleurs ?

Une route du sel traversait également le désert du Sahara en Afrique. Il s’agit de la route Agadez-Bilma, un parcours pédestre de 700 km. Il débute à Agadez (Niger) où plusieurs caravanes transportent des produits originaires du massif montagneux de l’Aïr : fromages, dattes… Les Touaregs traversaient alors le Ténéré, région désertique très aride du Sahara, pour arriver à Bilma (Niger). Les produits s’échangeaient contre le sel récolté dans les salines de Bilma. Galettes de sel destiné à l’alimentation humaine et pains de sel, moins pur, pour la consommation animale étaient transportés et vendus sur les marchés d’Agadez.

route-tenere-web
Cliquer sur la carte pour l’agrandir

 

Cependant, le terme “routes du sel” ne convient pas à tout le monde : « Les routes du sel sont un argument marketing touristique. Le sel étant de consommation universel et indispensable, le moindre hameau en avait besoin. Donc, tout chemin a été emprunté par des hommes ou des animaux pour transporter du sel, dans des charriots, pour une distribution générale. Tous les fleuves […] et tous les cols ont été des routes du sel. » déclare Jean-Claude Hocquet, professeur émérite d’histoire à l’Université Lille III.

 

À suivre

Dans nos prochains articles, nous verrons les évolutions techniques et commerciales au Moyen-Âge.